Qui sont les voyants ?

Les préjugés sur les voyants

Depuis qu’ils existaient, les voyants ont fait l’objet d’idées plus ou moins préconçues. Voici quelques mises au point qui s’avèrent vraiment nécessaires.

Un voyant ne peut pas « travailler » pour lui-même

Cette affirmation est assez compréhensible dans la mesure où les perceptions efficaces ne peuvent être obtenues qu’en respectant certaines règles dont essentiellement la neutralité émotionnelle. Ce ne sera pas toujours possible quand il s’agit de pratiquer une voyance sur soi-même. Cela peut arriver, certes, que le voyant « sente » les choses qui le concernent, mais la plupart du temps il se trompe.

Un voyant doit toujours utiliser son don pour la bonne cause sinon il le perd

Effectivement, c’est une remarque qu’on entend souvent, encore faut-il savoir qu’est ce qu’une bonne cause. C’est une notion très relative qui peut varier d’un individu à l’autre. Comment établir alors une définition parfaitement objective de cette « bonne cause ». Par exemple, un voyant qui « conseille » une femme de quitter son mari croit réaliser une bonne cause. Mais qu’en est-il pour le mari, est-ce toujours une bonne cause ? Le voyant va donc conseiller au mieux, le principe de la bonne ou mauvaise cause reste tout de même plus ou moins respecté.

Voyant et médium ne font qu’un

De par son nom même, le médium n’assure que la médiation entre les esprits de l’au-delà et les personnes qui le consultent. Il (elle) constitue en quelque sorte une passerelle qui transmet les requêtes et les réponses. Toutefois, il n’a aucune emprise sur ces esprits qui peuvent se manifester seulement quand ils le veulent. Ce qui n’est pas le cas des voyants qui exploite le « fluide » émanant de son client pour lui livrer une partie des choses qui pourraient lui arriver. Il élabore ce fluide à partir de sa conversation téléphonique avec son client.

Vous voilà donc éclairé pour le choix de celui qui convient le mieux !